05 mars 2017

" Au Bonheur des dames "...Exposition !

                                                                                          

Source: Externe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Kimono, au bonheur des dames»

 

 

Source: Externe

 

 

 

Kimono, l'empire des sens

Source: Externe

" La Japonaise au bain ", huile sur toile, 1864, James Tissot, Musée des Beaux Arts de Dijon

 

 

 

Cet art ultrasophistiqué est raconté en 150 chefs-d'œuvre au musée Guimet, prêts d'une maison de confection japonaise fondée en 1611 qui en compte 10.000.


À qui lui rend visite dans sa maison-atelier des faubourgs de Tokyo, Kunihiko Moriguchiparle volontiers de son art si particulier : celui du kimono d'apparat. Sans s'arrêter de retourner au canif, un par un, les milliers de grains de riz qui boivent la couleur des lés de soie tendus autour de lui, ce septuagénaire ayant connu Malraux à Paris et Balthus à Rome, fournisseur de la famille impériale et Trésor national vivant depuis 2007, en donne même les clés d'appréciation. «Le kimono doit fonctionner en 3D comme en 2D, dit-il. C'est la seule forme d'art au monde ayant cette exigence. Il doit être beau au porté et beau lorsqu'il est suspendu à son cintre droit. En effet, lorsque la dame n'en est pas revêtue, il sert à occulter la fenêtre du séjour. Avec le paravent c'est l'un des rares décors dans nos demeures traditionnelles si petites.»

Source: Externe

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

Source: Externe

Kimonos de la série Symphonie de lumière de Itchikue Kubota, Japon, 2000

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

Source: Externe

 

«Le kimono doit fonctionner en 3D comme en 2D. C'est la seule forme d'art au monde ayant cette exigence. Il doit être beau au porté et beau lorsqu'il est suspendu à son cintre droit»

Kunihiko Moriguchi

Kunihiko Moriguchi peint ses kimonos. Il mêle le cubisme et l'abstraction, sans oublier les styles anciens qu'il connaît et respecte. Il est ainsi l'héritier de ceux qui ont créé les merveilles actuellement visibles au Musée Guimet de Paris. Aurélie Samuel, conservatrice spécialiste des textiles au musée et fraîchement nommée directrice des collections de la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, a, avec Iwao Nagasaki, emprunté quelque 150 kimonos parmi les 10.000 de la collection Matsuzakaya, une maison de confection fondée en 1611 et devenue grand magasin à partir de 1910.

Source: Externe

Expo_Du-No-Mata-Hari_musee-guimet

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

 

Des thèmes sophistiqués

Tous sont présentés en 2D, excepté les modernes installés sur des poupées mannequins. Tous sortent pour la première fois de l'Archipel, du musée municipal de Nagoya, où ils sont conservés. Chacune de ces pièces témoigne d'une complexité et d'une délicatesse affolantes. Parlons d'abord des techniques, elles sont multiples. Tant pour le tissage du chanvre, de l'ortie ou du mûrier, fibres aussi élégantes que résistantes, que pour le coton léger arrivé avec les Portugais à partir du XVe siècle ou la coûteuse soie. Les types d'entrecroisements se nomment chez nous taffetas, sergé, satin, damassé, crêpe, gaze… À cela s'ajoute la teinture des étoffes, voire des fibres. Certains bains sont effectués au pochoir, d'autres avec des parties ligaturées ou occultées par de la pâte de riz afin d'obtenir des dessins en réserve. Ainsi ceux de nervures de feuilles, à peine visibles tant ils sont fins.

Source: Externe

Musée Guimet - Exposition "Tsutsugaki" - Textiles indigo du Japon 

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

 

N'abordons pas la fabrication des pigments, obtenus parfois à partir d'un compost végétal aspergé de saké. Évoquons plutôt la broderie. Elle émerveille, qu'elle soit directement cousue sur le tissu en une grande variété de points, combinée à des feuilles de métal, ou enserrant des fils d'or posés à plat pour un relief plus vif. Les thèmes choisis ne sont pas moins sophistiqués. Priorité est donnée à la nature, dans cette société fondamentalement animiste. De bas en haut, on retrouve souvent la trinité mer-terre-ciel. Souvent avec cascades, rochers et nuages. Fleurs, bosquets et animaux enrichissent ces paysages. Les représentations d'orchidées, de chrysanthèmes, de pivoines, de glycines, de bambous, de pins, d'érables rouges ou de prunus s'harmonisent avec celles de carpes, coquillages, papillons, hirondelles, coqs… On remarque aussi des motifs d'éventails, de barrières, de bateaux, des pavillons et kiosques, des roues et chars à bœufs, et même de la calligraphie ou quelques sceaux. Autant d'indices d'une certaine fierté dans le génie technique humain.

Source: Externe

Exposition Kimono — Au bonheur des dames au Musée Guimet du 22 février ay 22 mai

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

 

Ainsi, les combinaisons semblent infinies sur ces vastes surfaces en forme de T, addition de sept lés. D'autant que les saisons ajoutent leurs tonalités propres. Le bleu d'été est, par exemple, de mise pour ce kimono à camélias, fleurs de cerisier et chauves-souris. À l'inverse, symbole de l'hiver, la neige sur des haies de jardin resplendit dans cet autre de sergé de soie rouge orangé.

Source: Externe

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

 

Des carcans très travaillés



Dans l'exposition, des paravents, des objets et bijoux relevant de la toilette féminine ponctuent le parcours. Peignes de laque ou épingles à cheveux, appareil pour imprégner les vêtements de l'odeur de l'encens, coiffeuses et écritoires portent le raffinement à son comble. On y retrouve les mêmes passions générales. Celle de la nature et de la mode. Car, dès l'époque d'Edo (au début du XVIIe siècle), les Japonaises suivent la tendance préconisée dans des catalogues à leur intention.

Source: Externe

Paravent à six panneaux représentant des kimonos suspendus

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

Pourtant, quoi de plus difficile que de porter ces kimonos? Destinés à la noblesse militaire, à l'aristocratie impériale ou à la bourgeoisie marchande - les plus travaillés étant ceux de mariage -, ce sont aussi des carcans. Aurélie Samuel est intarissable lorsqu'elle raconte la manière de rouler l'obi, cette ceinture large de 35 centimètres et longue de 4 à 5 mètres. Avec cet accessoire, impossible de ne pas se raidir ou même de s'asseoir dans un fauteuil. Ces lourdes étoffes brident les gestes, contraignent la largeur des pas déjà effectués sur de hauts socques. Mais ici, dans cet empire qui écoute ses lettrés, toute mesure est synonyme de beauté.



Source: Externe

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

 

La commissaire fait encore remarquer les encolures, destinées à être portées légèrement rejeté à l'arrière afin d'amplifier la longueur du cou. Plus occidentale ou plus féministe, Sophie Makariou, directrice du musée, résume le kimono de manière franche dans le catalogue : il ne serait en fait que «raideur maintien, contrainte». L'Occident s'est chargé de faire sauter ce carcan, détournant dès le XVIIe siècle le kimono en robe de chambre (peut-être comme celles que portent le géographe et l'astronome peints par Vermeer). Considérant les splendeurs laissées derrière les vitres, on ne s'interdira pas de penser que c'est dommage.




«Kimono, au bonheur des dames», Musée national des arts asiatiques-Guimet (Paris XVIe)


 

 

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Manise à - Commentaires [3] - Permalien [#]


Commentaires sur " Au Bonheur des dames "...Exposition !

    Ces kimonos sont de véritables oeuvres d'art j'en conviens, et leurs beautés nous les font admirer tels des tableaux. Mais je suis du même avis que Sophie Macariou, ces vêtements ne sont que des carcans sans parler des socques (et des pieds "massacrés" dès la plus jeune enfance des petites filles avec d'horribles souffrances).
    Je ne peux encore une fois, qu'admirer ces merveilles mais en souhaitant que plus aucune femme ne soit obligée de les porter pour plaire à ces messieurs et leurs traditions concernant leur vision de la féminité.
    Merci de nous avoir donné ces merveilles à admirer ainsi que toutes les explications sur leur élaboration.
    Très belle journée printanière comme celles que nous avons dans le Sud. Bises

    Posté par angedra, 09 mars 2017 à 10:14 | | Répondre
  • Bonjour ma petite Manise, ces kimonos sont de toute beauté, on dirait effectivement des aquarelles délicatement peintes, que de belles couleurs...
    Mais dans notre monde moderne ce serait difficile de les porter..
    je te souhaite ainsi qu'à os amies une belle journée ensoleillée. Bisous - LANDRIE

    Posté par valerie-anne40, 09 mars 2017 à 10:34 | | Répondre
  • Bonjour les aminautes,
    merci pour votre visite et vos commentaires....c'est gentil !
    Je vais poster, en suivant, un billet sur ??? Les Jardins ! ( Expo. de peintures au Grand Palais ! ) Cela doit être sublime; et je pensais à Landrie qui aime tant jardiner !
    En attendant, un excellent week-end à vous deux, avec mille grosses bises.
    Manise

    Posté par Manise, 18 mars 2017 à 13:55 | | Répondre
Nouveau commentaire