Source: Externe

 

 

 

Le musée secret de Claude Monet

 

 

Source: Externe

Le musée Marmottant réunit du 14 septembre 2017 au 14 janvier 2018, les chefs-d'oeuvre de la collection privée de Monet à Giverny

 

 

 

 

Toute sa vie, l'artiste a réuni un superbe ensemble de toiles de ses amis impressionnistes : Boudin, Corot, Renoir, Cézanne, Manet, Morisot. Le musée Marmottan révèle les chefs-d'œuvre de cette collection longtemps restée inconnue.


Dans la maison, il y a un atelier qui est en même temps le salon, où les murs sont couverts de tableaux et d'esquisses, sans cadres, où les bords se touchent, accrochés sur quatre niveaux. C'est là que Monet apporte son travail de la journée qu'il contemple pendant des heures, qu'il complète, qu'il harmonise. Le repas terminé, on revient à l'atelier prendre le café, en traversant le salon bleu où est entreposée la bibliothèque de Monet.

Source: Externe

Promenade à Argenteuil

 

 

 

Source: Externe

Claude MONET, "La Terrasse à Vétheuil", 1881, Huile sur toile, 81 x 65 cm, Collection particulière. 

 

 

 

 

Racontées par le marchand Gustave Geffroy, les soirées à Giverny s'écoulaient toujours dans le même calme tranquille. Seuls les intimes étaient conviés. Depuis toujours, c'est là que Monet conservait des œuvres de sa jeunesse aussi bien que sa production récente, des premières études de paysage jusqu'aux derniers Nymphéas: toute sa vie défilait ainsi sur les murs. A cette collection personnelle, les «Monet de Monet» viendront peu à peu s'ajouter les toiles et dessins qu'il avait acquis, œuvres des amis qu'il admirait, Cézanne, Manet, Renoir, Pissarro… L'ensemble, prestigieux mais tenu secret du vivant de Monet, qui répugnait à montrer ses trouvailles, fut dispersé après sa mort dans l'indifférence générale - vendu pour une bonne part par son fils. Aucun texte, aucune rétrospective n'avait tenté d'en suivre la trace, d'en reconstituer le périple. L'exposition du musée Marmottan est une grande première: la traque des œuvres éparpillées dans les plus fameuses collections publiques et privées du monde entier s'est révélée une véritable enquête policière, grâce aux minutieuses et précieuses recherches de Sylvie Patin, conservateur général au musée d'Orsay, de Marianne Mathieu, chargée des collections de Marmottan, et de Dominique Lobstein, historien d'art. Plusieurs toiles sont pourtant absentes. Le plus grand mérite de cette exposition événement serait de faire réapparaître ces chefs-d'œuvre qui nous échappent encore pour que renaisse dans son intégralité, tel qu'il était, le musée intime de Monet… 

 

 

 

 

Source: Externe

Claude MONET, "Nymphéas", vers 1914, Huile sur toile, 135 x 145 cm, Collection particulière. 

 

 

 

Source: Externe

Claude MONET, "Peupliers au bord de l'Epte, effet du soir", 1891, Huile sur toile, 100 x 62 cm, Collection particulière.

 

 

 

 

Pendant longtemps, la préoccupation du peintre ne fut pas d'enrichir sa collection, mais de survivre au jour le jour. Comme Renoir et Pissarro à la même époque, Monet faisait partie des sans-argent chroniques du groupe impressionniste. Il ne disposait pas même de quoi chauffer Camille, sa compagne, et leur enfant. «La peinture ne va pas, écrivait-il à Bazille, et je ne compte plus sur la gloire. Déceptions, affronts, et l'argent manque toujours: à l'exposition du Havre, je n'ai rien vendu.» Durant l'été 1869, Monet ne put guère travailler n'ayant pas les moyens d'acheter des couleurs. Malgré sa situation critique, il ne perdait pas espoir, et Renoir se rappela plus tard avec reconnaissance que chaque fois qu'il s'abandonnait au découragement, Monet savait stimuler son ardeur. Les deux amis fréquentaient La Grenouillère, une guinguette sur la Seine à Croissy, près de Chatou, où l'étude des vibrations de la lumière sur l'eau joua un rôle important dans le développement de leur style. 

 

 

 

 

Source: Externe

Portrait de Monet en uniforme par Charles Lhullier, huile sur toile ( 1861 ou 1862 ) 

 

 

 

Source: Externe

Monet peignant dans son atelier, par Edouard Manet, huile sur toile

 

 

 

Source: Externe

Paysannes plantant des rames, par Camille Pissarro, huile sur toile ( 1891 ) 

 

 

 

 

" Les premiers tableaux de sa collection ne sont pas des achats mais des cadeaux "

Monet était aussi attiré par le travail d'Hokusai et les estampes japonaises: la subtilité de leurs lignes, leurs qualités décoratives, les raccourcis pleins d'audaces, la distribution de l'espace, l'avaient profondément impressionné, mais il ne put en acquérir avant 1870, quand le galeriste Paul Durand-Ruel commença à s'intéresser à sa peinture. Monet et Pissarro lui présentèrent leurs amis Sisley et Degas auxquels il acheta immédiatement plusieurs œuvres, puis il fit la connaissance de Manet et prit tout ce qu'il trouva chez lui, 23 tableaux dont La Musique aux Tuileries. L'intérêt que Durand-Ruel portait aux peintres du groupe leur fut un appui moral autant que financier, bien que Monet ait souffert plus qu'aucun autre de dénuement. Il ne dut de survivre qu'à la générosité de ses amis, de Manet surtout, qui lui acheta souvent des toiles, l'encouragea toujours de sa merveilleuse bonté. Les premiers tableaux à former la collection de Monet ne sont pas des achats mais des cadeaux, des portraits de lui et de sa famille peints par ses proches comme Madame Monet et son fils au jardin, offert par Renoir, ou par Manet Monet peignant dans son bateau-atelier, une barque qu'avec l'aide de Gustave Caillebotte il avait aménagée, où il pouvait loger et peindre. Ainsi installé à fleur d'eau, il scrutait les reflets en captant au plus près la mobilité atmosphérique. Sa touche va se faire fougueuse, vibratoire. C'est l'une des périodes les plus éblouissantes de Monet. 

Source: Externe

Le clocher de Sainte-Catherine, à Honfleur, huile sur toile, 1897, don de Monet au musée de Eugène Boudin, de Honfleur 

 

 

 

Source: Externe

Le nègre Scipion, par Paul Cézanne, vers 1867 

 

 

 

 

Le peintre avait passé sa jeunesse au Havre où il avait fait la connaissance d'Eugène Boudin. Il put toujours compter sur son amitié: en 1860, Monet lui écrivit pour lui demander de lui offrir l'un de ses merveilleux paysages enlevés en quelques traits. À ces dons vont se joindre des échanges: Monet remettra à Rodin, dont il a fait la connaissance en 1888, un paysage peint à Belle-Ile-en-mer contre un bronze, Jeune mère à la grotte. Au terme de ces trente années, de 1859 à 1889, la collection personnelle de Monet a déjà belle allure, mais l'artiste ne l'évoque jamais. Que ce soit à Argenteuil, de 1872 à 1877, où presque tous ses amis sont venus travailler, à Vétheuil jusqu'en 1881 puis à Poissy et jusqu'à son installation à Giverny en 1883, Monet ne fait jamais allusion à son musée intime, dont personne alors ne sait ce qu'il contient. 

 

 

 

 

Source: Externe

Portrait de Madame Clémentine Stora en costume algérien, dit aussi l'Algérienne, par Pierre Auguste Renoir, en 1870 

 

 

 

Source: Externe

Neige fondant à Fontainebleau, par Paul Cézanne, vers 1879/1880 

 

 

 

Source: Externe

Claude MONET, "La Rue de l'Épicerie à Rouen", 1892, Huile sur toile, 92 x 52 cm, Collection particulière. 

 

 

 

Source: Externe

Claude MONET, "Falaises, temps gris", 1882-1886, Huile sur toile, 54 x 73 cm, Collection particulière. 

 

 

 

 

La misère, les railleries, l'incompréhension auront toutefois une fin lorsque, à l'occasion de l'Exposition universelle de 1889, la galerie Georges Petit, qui se spécialisera dans la consécration de l'avant-garde, organise une exposition conjointe Monet-Rodin qui fera dire à Clemenceau: «Ce Monet, c'est Austerlitz sans Waterloo.» Annoncée par les recherches sur les massifs de fleurs, la série des toiles peintes à la gare Saint-Lazare est la première des grandes compositions que Monet réalisa sur un même monument ou un même motif: la cathédrale de Rouen, la série des Meules, celle des Peupliers, qui trouvèrent des amateurs d'autant plus aisément que la réputation de Monet s'établit dès la fin des années 1880. Longtemps en butte à l'éreintement de la critique et à la misère matérielle, les mauvais jours s'éloignent avec l'installation du peintre à Giverny. Même si l'Etat ne lui a encore acheté aucun tableau, ses œuvres se vendent de mieux en mieux en France et aux Etats-Unis auprès de collectionneurs toujours plus nombreux. Dès 1890, les marchands parisiens se disputent le privilège de lui organiser des expositions, mais aussi de lui procurer les toiles qu'il collectionne désormais de plus en plus assidûment. 

Source: Externe

Garçon dans les fleurs, de Claude Monet, huile sur toile, 1876 

 

 

 

Source: Externe

Venise, par Paul Signac, 1908, aquarelle et gouache 

 

 

 

Source: Externe

Neige abondante à la fin de l'année, par Utagawa Kunisada ( Fondation Claude Monet ) 

 

 

 

 

Entrant dans sa soixantième année, c'est à Giverny que Monet va pouvoir à la fois se reposer le corps et se fatiguer l'esprit, se créer ce chef-d'œuvre d'art total qu'est sa nouvelle demeure. Il s'est pris de passion pour le jardinage, la diversité des plantes et plus encore leur mise en scène, échangeant ses expériences avec ses amis Gustave Caillebotte ou Octave Mirbeau, courant les expositions de plantes, consultant les catalogues de pépiniéristes. Il a imaginé son jardin, dont les jeux de couleurs ne sont pas aléatoires, avec l'intention de le peindre. Empruntant l'allée principale en prenant garde de ne pas écraser les capucines qu'il aime laisser ramper, Monet porte un soin extrême aux associations de fleurs et de feuillages qui atteignent leur plénitude selon l'heure et le temps en un seul ensemble d'où le détail est absent, où seule la lumière déclenche l'instantanéité recherchée par le peintre. Plus tard, il achètera le terrain en limite de sa propriété où il va créer un jardin aquatique, des bassins qu'il fera planter de nymphéas dont les libres racines flotteront entre les eaux et où jailliront des fleurs blanches, roses, mauves et verdâtres. Du haut d'un pont japonais garni de glycines qu'il a fait construire, Monet viendra juger le tableau qu'il a créé: «J'ai entrepris des choses impossibles à faire, confie-t-il, de l'eau avec de l'herbe qui ondule dans le fond. C'est admirable à voir mais c'est à rendre fou de vouloir peindre ça.» C'est là, dans son jardin d'eau, guidé par une sorte de panthéisme jubilatoire, qu'il composera les Nymphéas. En inventant un motif qu'il peindra par la suite, Monet inverse la démarche traditionnelle du peintre paysagiste. 

 

 

 

 

Source: Externe

Claude MONET, "Matinée sur la Seine", 1896, Huile sur toile, 92 x 92 cm, Collection particulière. 

 

 

 


Commentaire :  « Monet, ce n’est qu’un oeil… mais, bon Dieu, quel oeil !  »  (Paul Cézanne à Ambroise Vollard) 

 

 

 

Source: Externe

Claude MONET, "Train dans la neige. La Locomotive", 1875, Huile sur toile, 59 x 78 cm, Musée Marmottan-Monet, Paris, Legs Victorine Donop de Monchy, 1957. 

 

 

 

Source: Externe

Claude MONET, "La Débâcle", 1882, Huile sur toile, 61 x 100 cm, Kunstmuseum, Berne, Legs Eugen Loeb, Berne, 1960.

 

 

 

 En s'ancrant dans l'Eure, l'artiste s'offre un sanctuaire: envahi du bonheur d'exercer ses talents de botaniste, il se lève chaque matin à 5 heures pour gagner son atelier où il lui arrive de travailler à plusieurs toiles en même temps. Et, de plus en plus, il se consacre à sa collection. Il a beau dire: «Hormis la peinture et le jardinage, je ne suis bon à rien», il a un œil extraordinaire pour déceler les chefs-d'œuvre. Il fera, à partir de 1890, l'acquisition de toiles sublimes qui le situent parmi les plus authentiques collectionneurs de son temps. 

Etre admis chez Monet n'était pas une mince affaire. Le critique d'art Moreau-Nélaton se souvient avoir été convié à déjeuner à Giverny. Ce jour-là, autour de la table, étaient réunis Georges Clemenceau et Octave Mirbeau, Paul Helleu et Auguste Rodin. Après le déjeuner qui avait lieu dans la salle à manger aux murs peints en jaune où étaient accrochées des estampes japonaises, parmi lesquelles des pièces d'Utamaro, d'Hiroshigeou d'Hokusai dont Monet était friand, on passait dans le jardin pour admirer cette nature modelée par l'artiste pour la rendre conforme à ses rêves. Alors seulement, les intimes étaient invités à monter au premier étage pour découvrir dans la chambre et le cabinet de toilette adjacent la superbe collection: Monet a possédé jusqu'à quatorze Cézanne dont l'étonnant Nègre Scipion, le Garçon au gilet rouge, plusieurs paysages dont le Château noir et natures mortes dont Pot de primevères et fruits sur une table. La collection compte aussi quatre Manet, six Renoir dont l'éclatante Baigneuse assise, un Degas, des Jongking, Berthe Morisot (Le Bain), Caillebotte(Chrysanthèmes blancs et jaunes), Corot, Sargent, Toulouse-Lautrec… Un choix qui révèle un Monet au jugement subtil quant à ses contemporains, perspicace sur l'avenir de l'Art au tournant du XXe siècle. 
Lui donner la parole en citant des extraits de son abondante correspondance nous fait entendre ses mots d'artiste. Il est l'un des premiers à aimer travailler dans la nature: «Je me réjouis de planter mon chevalet en plein air et de chercher sous la voûte des nuages le problème que nous poursuivons avec tant de labeur, et si peu de réussite, dans les murs de l'atelier.» Monet et ses amis se retrouvent à Argenteuil: «Un jour que Manet avait entrepris de faire un tableau avec des personnages sous les arbres, Renoir, à son tour, fut emballé par le charme de l'heure… le voilà peignant aux côtés de Manet. Quelle maîtrise, quel lyrisme chez Renoir». Plus tard, Monet fit l'acquisition de trois toiles de Cézanne: «Quel peintre, et comme il me donne de la joie, avoua Monet, regardez les bleus, ils sont admirables. On les sent peser sous les yeux, et, en même temps, étinceler de pureté. Ce tableau ne m'a coûté que cinquante francs, toute une histoire: il y a quarante ans, un petit marchand de couleurs qu'on appelait le père Martin nous achetait des tableaux à Sisley, à Pissarro et à moi. Un jour, je lui propose une toile. Nous traitons à cent francs, mais il était à court. Il m'offrit alors cinquante francs et ce petit Cézanne pour compléter la somme. J'ai bien sûr accepté.» 

Source: Externe

Claude Monet, En norvégienne, la barque à Giverny 

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

Source: Externe

 

 

 

 

Cézanne mourut en octobre 1906, Renoir en décembre 1919. «Allons, il ne reste plus que moi», se plaignait Monet. Avec lui disparut le dernier maître de cette unique et étonnante pléiade qui avait constitué le groupe impressionniste ; il dut ressentir quelque amertume à constater que la vision imposée au prix de tant d'années d'effort était violemment attaquée par les nouvelles générations. Pourtant, même si le terme n'était plus un cri de ralliement, ce fut l'art de Monet et de ses amis qui allait abolir d'innombrables préjugés et ouvrir la route à des hardiesses de plus en plus osées de technique, de couleur et d'abstraction.Pour cela, le dernier des impressionnistes, le patriarche à longue barbe, sera parfois rejeté, souvent combattu mais jamais ignoré, tant sa conquête d'une vision nouvelle au moment où le siècle bascule sera porteuse d'explorations formelles et parlera à l'imaginaire de tous les poètes à venir. 

Monet collectionneur», musée Marmottan Monet, Paris XVIe, du 14 septembre au 14 janvier 2018. Voir l'excellent livre de Sylvie Patin, Le Musée intime de Monet à Giverny (Editions Gourcuff Gradenigo et Claude Monet Giverny).

Source: Externe