Source: Externe

Bonjour mes amies,

J'espère que vous allez bien. Il fait gris aujourd'hui, et c'est l'occasion de se mettre au calme, et de partager nos billets dans le boudoir. C'est dans ces moments-là que je comprends pourquoi un feu de cheminé réchauffait les pièces au plafond haut des anciennes maisons, même en été. Car l'humidité fait considérablement baisser la température. Les chats ont réintégré les paniers qui conservent mieux la chaleur que le sol où ils dorment pour se rafraîchir.

Source: Externe

Je viens vous parler d'Emile Friant, peintre lorain, que j'ai trouvé à la fois classé dans le style art nouveau et dans celui de peintre naturaliste. 

Source: Externe

Né en 1863 à Dieuze,  sa famille quitte la Loraine annexée et s'installe à Nancy. L'enfant est alors repéré à l'Ecole des beaux arts de Nancy, et expose dès ses 15 ans. Il gagne plusieurs prix. Sa carrière est lancée, et il vit entre Paris et Nancy, car il est très attaché à sa région natale.

Il ne suit pas les courants nouveaux qu'apportent le 20ème siècle (fauvisme et cubisme) et continue de travailler pour une riche clientèle. Il se consacre de plus en plus à la gravure. Ses oeuvres gravées privilègient les portraits et les autoportraits, les sujets religieux et intimistes.

Source: Externe

Parfois accusé d'avoir un style trop réaliste (il est passionné par la photographie), certaines de ses oeuvres sont des témoignages précieux de la vie des gens à son époque.

Source: Externe

Il décède à Paris en 1932, et il est inhumé au cimetière de Préville de Nancy. 

Le première image illustrant ce billet est un de ses autoportraits.

Vous pouvez admirer d'autres oeuvres ICI.

Bonne journée mes amies.

Source: Externe